Mon Lapin Quotidien #1

Parution : 2/2017
Auteur(s) : Max Andersson, François Ayroles, David B., Thomas Baumgartner, Abdelkader Benchamma, Charles Berberian, Denis Bourdaud, Grégoire Carlé, Chaumaz, Eric Chevillard, Agnès de Cayeux, Dorothée de Monfreid, Julie Doucet, Jean-Yves Duhoo, Jochen Gerner, Emmanuel Guibert, Joko, Killoffer, Andréas Kündig, Hervé Le Tellier, Étienne Lécroart, Laurence Lemaire, Dominique Lestel, Christophe Levaux, Thierry Longé, Nicolas Mahler, Lisa Mandel, Clémentine Mélois, Raphaël Meltz, Jérôme Mulot, Muzo, Thomas Ott, José Parrondo, Vincent Pianina, Placid, Gabriel Rebufello, Anouk Ricard, Denis Robert, Rocco, Stéphane Rosse, Christian Rosset, Florent Ruppert, Olivier Schrauwen, Lars Sjunnesson, Corinne Taunay, Pacôme Thiellement, Jean-Michel Thiriet, Stéphane Trapier, Lewis Trondheim, Vincent Vanoli, Fabio Viscogliosi, Aurélie William-Levaux
Collection : Lapin
Lapin, la revue historique de L’Association revient dans une (très) nouvelle formule, en grande forme et en grand format ! Après Lapin, puis Mon Lapin, voici Mon Lapin quotidien, une chose encore jamais tentée : un vrai journal. Avec une flopée d’auteurs, dessinateurs, écrivains, vieux cons des neiges d’antan et petits jeunes de la dernière averse, mais toujours la crème de la crème. Dans cette avalanche de « mooks » épais mais plats, de revues plus ou moins classes et d’une presse atone, le moment était venu pour que L’Association lance la formule du journal qui fait du bruit quand on le secoue, et qui secoue les marronniers du journalisme et de la bande dessinée. Mon Lapin quotidien (MLQ), sur douze pages king size (41 X 58 cm), chaque trimestre, c’est forcément : de la bande dessinée, en planches ou en strips (Lewis Trondheim, Lisa Mandel, Berberian...), mais aussi de la belle illustration (David B., Anouk Ricard, Thomas Ott...), mais encore du cartoon (Stéphane Trapier, Ruppert et Mulot, Parrondo...), et également des textes (Éric Chevillard, Pacôme Thiellement, Denis Robert, Jean-Yves Duhoo...). Le tout dans des pages labyrinthiques et foisonnantes, pour parler de TOUT : tout autre chose que ce dont on nous rebat les oreilles à longueur de temps. Et pour ressembler à un vrai journal, celui dont on rêve depuis toujours. Ça va arracher, ça va s’arracher !